« La Bonne Ville, pour une architecture bienveillante » / Architectura.be

Classé dans : NEWS_FR | 0

Quelle est la grande inconnue à laquelle la ville submergée par la Covid-19 doit faire face ? L’espace public ? Les parcs fermés ? L’école ? Le lieu d’habitation, prison épargnée par la crise sanitaire ? Les commerces qui se languissent d’une réouverture ?  Avant de palier à tout problème, il est nécessaire de l’identifier de manière précise. Comment offrir une architecture adaptée, attachée à satisfaire et à prendre soin de chaque individu ? Que pourrait être un bâtiment protecteur ? Portés par leurs convictions et leurs visions de l’architecture, l’écrivain et historien de l’art Paul Ardenne et l’architecte Alfonso Femia tentent dans ce dialogue franc de proposer des pistes pour construire la ville de demain.

 

S’écartant des vagues scénarios mélant dystopie et utopie débattus par nombre d’architectes et d’urbanistes, de philosophes et de sociologues en 2020, Alfonso Femia et Paul Ardenne ont analysé de manière transversale les thèmes de la vulnérabilité pandémique et pré-pandémique et la nécessité de développer une nouvelle façon de coexister et ce, à travers l’urbanisme et l’architecture. Quatre problématiques, toutes étroitement liées, émergent de ce dialogue : la relation entre la pandémie et la vulnérabilité ; les voies possibles pour adapter la ville à ses propres changements ; l’école et l’habitat comme moteurs de l’évolution.

Ce livre ne propose ni recette miraculeuse ni solution instantanée pour la ville : concevoir une “bonne ville” requiert la collaboration de tous ceux qui y vivent et qui, y vivant, travaillant, s’amusant et étudiant, conditionnent et partagent l’architecture mais aussi les lieux, les émotions et les sentiments.
La ville est “bonne” si elle peut être responsable et écologique. Pour œuvrer en faveur de cette “bonne ville”, toutes les générations doivent s’engager dans la recherche du meilleur habitat possible, en donnant une dimension civique à la mission individuelle et communautaire.
L’ouvrage est paru en version originale italienne (La Città Buona, per una architettura responsabile) aux éditions Marsilio.

Editions Ante Prima – AAM, 96 pages, 15 €.

LIRE l’article sur ARCHITECTURA.BE

AAM à l’honneur dans Le Bulletin de l’antiquaire, du brocanteur et des galeries d’art modernes et contemporaines

Classé dans : NEWS_FR | 0

« Coco de Paris »,  » Paul Follot, un artiste décorateur parisien », « Saint-Germain-des-Prés 1900-1950 Art Nouveau Art Déco » et « Montparnasse 1900-1930 Art Nouveau Art Déco » figurent dans la sélection « Beaux Livres  » du Bulletin de l’antiquaire, du brocanteur et des galeries d’art modernes et contemporaines du mois de décembre 2020.

 

« Coco de Paris » dans Froggy’s Delight

Classé dans : NEWS_FR | 0

 » un regard poétique sur la ville lumière.(…) lire ce conte, c’est aussi se dire que ce n’est pas si mal finalement, de ne pas attendre que ça aille mieux, parce qu’il est bon aussi d’apprendre à danser sous la pluie entre deux jours radieux. Fluctuat nec mergitur. » Nathalie Bachelerie / Froggy’s Delight

Lire l’article complet ICI

« Coco de Paris » dans Tatouage Magazine

Classé dans : NEWS_FR | 0
« Dans la lignée de Saint Exupéry, on redécouvre un Paris poétique grâce à la plume et au pinceaux créatifs de l’artiste France de Griessen. »

Tatouage Magazine novembre-décembre 2020 Rubrique « A »LIRE »

AAM Editions à la Librairie Ephémère du Prix Drouot des Amateurs du Livre d’Art le jeudi 27 février 2020 à l’Hôtel Drouot

Classé dans : NEWS_FR | 0

“Un art de vivre à Paris, inspirations poétiques” et “Montmartre 1900-1930 Art Nouveau Art Déco” étaient présents dans la sélection d’ouvrages proposés à la Librairie Ephémère du Prix Drouot des Amateurs du Livre d’Art organisée par Cocktail et Culture ,que nous remercions chaleureusement pour leur invitation.

Photographies : Cocktail et Culture

Focus sur 4 ouvrages AAM Editions dans Monts 14 oct-dec 2019

Classé dans : NEWS_FR | 0

« Montparnasse du rêve, un art de vivre Art Déco », « Montmartre 1900-1930 Art Nouveau Art Déco », « Le Châtelet, un théâtre pour Paris » et « Un art de vivre à paris, inspirations poétiques »dans le journals Mont 14, numéro d’oct-dec 2019.

 

Présentations, conférences, signatures et rencontre en librairies avec nos auteurs – Novembre et décembre 2019

Classé dans : NEWS_FR | 0

28 novembre 2019 à 18h30

Présentation des ouvrages « Montparnasse 1900-1930 Art Nouveau Art Déco », « Montparnasse du Rêve, un art de vivre Art Déco », « Montmartre 1900-1930 Art Nouveau art Déco » et « Le Châtelet, un théâtre pour Paris »

Librairie Flammarion – Centre Pompidou

Place Georges Pompidou 75004 Paris

Uniquement sur invitation. Contact : Ante prima / Arielle Lauze  a.lauze@ante-prima.com

10 décembre 2019 à 12h

Présentation de l’ouvrage  » Le Châtelet, un théâtre pour Paris »

Théâtre du Châtelet

2 rue Edouard Colonne Paris 75001 Paris

Présentation uniquement réservée à la presse, non ouverte au public Contact : Ante prima / Arielle Lauze  a.lauze@ante-prima.com

10 décembre 2019 à 19h30

Rencontre-signature autour de l’ouvrage « Montparnasse du rêve, un art de vivre Art déco »

Librairie Tschann

125 bd du Montparnasse 75006 Paris

Entrée libre

11 décembre 2019 de 18h à 20h

Rencontre-signature avec France de Griessen pour son ouvrage  » Un art de vivre à Paris, inspirations poétiques »

Librairie ancienne Ormara

30 rue Monsieur Le Prince 75006 Paris

Entrée libre

12 décembre 2019 à 19h30

Rencontre-signature autour de l’ouvrage « Montparnasse du rêve, un art de vivre Art déco »

Librairie Odessa

20 rue d’Odessa 75014 Paris

Entrée libre

13 décembre 2019 à 18h

Conférence et signature de l’ouvrage « Champigny-sur-Marne 1900-1950 Art Nouveau Art Déco Modernisme »

L’instant lire

11 rue Albert Thomas 94500 Champigny-sur-Marne

Entrée libre

15 décembre 2019 de 11h à 13h

Rencontre-signature avec France de Griessen pour son ouvrage  » Un art de vivre à Paris, inspirations poétiques »

Librairie La 25e Heure

8 place du Général Beuret 75015 PARIS

Entrée libre

« Montparnasse 1900-1930 Art Nouveau Art Déco » lauréat du prix « Paris se livre » dans la catégorie Beaux-Arts

Classé dans : NEWS_FR | 0

Un chaleureux merci à Mijo Thomas, au jury « Beaux-Arts » du Prix « Paris se livre »et à Jean-Christophe Rufin, de l’Académie française, parrain de l’édition 2019.

  • Sylvie Buisson, historienne de l’art, spécialiste de Montparnasse.
  • Sylvie Granet, cabinet GAIA.
  • Hélène Macé de Lepinay, ancienne Conseillère de Paris chargée de la Culture.
  • Amélie Simier, Conservateur général, directrice du musée Bourdelle.
  • Josyane Savigneau, auteur, critique, journaliste au Monde.
  • Patrick Abisseror, président de l’Observatoire Panoramique de la Tour Montparnasse.
  • Christian Giudicelli, auteur, critique, juré au prix Renaudot.
  • Roberto Iaia, libraire au Centre Pompidou.
  • Pierre Vavasseur, auteur, chef des rubriques Culture au Parisien.
  • Gilles Vuillemard, directeur immobilier MGEN.

Sous la présidence de Mijo Thomas, co-fondatrice des éditions Macula, ancienne présidente du groupe art au Syndicat national de l’édition.

http://parisselivre.com/laureats/

 

L’architecte et éditeur Maurice Culot reçoit le prix américain Richard H. Driehaus 2019

Classé dans : NEWS_FR | 0

Communiqué de presse 

Maurice Culot architecte et éditeur établi à Paris qui a été à l’avant-garde de la création du mouvement moderne en faveur de l’architecture traditionnelle est le lauréat 2019 du prix américain Richard H. Driehaus organisé par l’Université de Notre Dame à South Bend, Indiana. Il recevra le prix d’un montant de 200.000 dollars lors d’une cérémonie qui se tiendra à Chicago le 23 mars 2019.

« Maurice Culot a eu une influence remarquable sur des générations d’architectes et d’urbanistes, assurant la résurgence et la diffusion d’un savoir qui rend une ville vivable et dynamique » a déclaré Michael Lykoudis, recteur de l’Ecole d’Architecture de l’Université de Notre-Dame. «A travers ses publications et sa pratique propre d’architecte, Culot a apporté une contribution essentielle à l’amélioration des villes ».

Dans son rapport, le jury a noté que « que l’implication de Maurice Culot dans les publications, les contre-projets, l’organisation de prix d’architecture et d’urbanisme, son enseignement et ses conférences un peu partout dans le monde ont influencés des générations d’architectes et d’urbanistes. Le militantisme de Culot a rendu possible la récupération d’éléments et de principes ayant donné lieu aux meilleurs environnements urbains de différentes époques et lieux qui étaient quasiment oubliés, offrant ainsi l’opportunité d’un meilleur avenir pour l’aménagement de villes et de villages ».

Né à Charleroi, en Belgique, Culot a fait ses études à la prestigieuse Ecole de La Cambre à Bruxelles. Diplômé en 1964 il a complété sa formation à l’agence de l’architecte américain Frank Lloyd Wright à Taliesin West en Arizona. Il a ensuite poursuivi une carrière académique comme enseignant, puis comme éditeur ce qui lui a permis d’avoir à travers ses livres une influence plus importante. Maurice Culot est le président du groupe ARCAS qui a développé des agences à Paris, en Belgique et en Pologne. Le principal champ d’intervention d’Arcas est la construction de nouveaux quartiers et d’extensions urbaines fondés sur l’histoire et la culture des différentes régions qui les accueillent.

Le Prix Richard H. Driehaus, organisé par l’Université of Notre-Dame, a été créé en 2003 pour récompenser une vie d’engagement au service l’architecture et de l’urbanisme traditionnel, classique et durable dans la société moderne. Le prix est attribué annuellement à un architecte vivant dont le travail a eu un impact culturel, environnemental et artistique positif dans l’esprit des plus hauts idéaux de l’architecture classique dans la société contemporaine.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Extrait du rapport du jury

Le prix Richard H. Driehaus à été attribué à Maurice Culot pour son rôle essentiel dans la formulation, la dissémination et l’encouragement en faveur des idées et valeurs de l’architecture et de l’urbanisme traditionnels.
Son travail s’inscrit dans la création d’un courant traditionnel moderne. Il a commencé par rassembler des connaissances qu’il a partagées et diffusées à travers des publications. L’arc de sa carrière témoigne d’un intérêt soutenu pour l’amélioration de l’environnement bâti. Son activité d’architecte et d’urbaniste à la tête de l’agence Arcas, a conféré à celle-ci une réputation internationale en matière de création de quartiers habités adaptés au contexte social, au climat et à la culture.

Maurice Culot a fondé les Archives d’Architecture Moderne à Bruxelles en 1968, organisé des conférences et des expositions sur l’architecture et l’urbanisme, créé la revue trimestrielle AAM qui a eu un impact déterminant sur la carrière d’architectes européens. Il a, entre autres, publiés des projets et réalisations d’architectes, qui, ultérieurement, ont reçu le prix Driehaus, à l’image de Léon Krier, Quinlan Terry et Abdel-Wahed El-Wakil. En 1980, à l’initiative du mécène Philippe Rotthier, il a présidé le Prix triennal de la Reconstruction de la Ville Européenne récompensant des réalisations architecturales et urbaines traditionnelles, offrant ainsi à celles-ci une reconnaissance publique d’excellence.
Au cours des années 1970, quand la ville de Bruxelles s’agrandissait et se développait rapidement, il a, avec des collègues, dont le sociologue René Schoonbrodt, fondé l’Atelier de Recherches et d’Actions Urbaines (ARAU) pour mobiliser les initiatives de citoyens opposés aux projets destructeurs de la capitale de la Belgique. Avec ses étudiants à l’Ecole de la Cambre, Maurice Culot a développé le concept de contre-projets, proposant pour les quartiers de Bruxelles, une alternative positive intégrant la tradition et le prestigieux héritage architectural local. La conception des contreprojets reposait sur une connaissance approfondie de l’art urbain régional, le génie des lieux, la mixité des activités, l’échelle humaine, la construction d’immeubles résilients et durables.
En 1979, Culot est invité à diriger le département Histoire et archives de l’Institut Français d’architecture à Paris où il multiplie les expositions et les livres sur le patrimoine architectural et les villes et constitue les Archives d’Architecture du XXème siècle.
En 2000, il reprend ses activités d’architecte indépendant et fonde l’agence Arcas-Paris tout en poursuivant ses activités d’auteur et d’éditeur.
Le jury du Prix Driehaus 2019 était composé du promoteur Robert Davis, fondateur de la ville de Seaside en Floride, de Melissa DelVecchio de l’agence de Robert A.M. Stern Architects, de Paul Goldenberg (Vanity Fair), de l’architecte et urbaniste Léon Krier, d’Elizabeth Plater-Zyberk, fondatrice de l’agence DPZ, de l’architecte Demetri Porphyrios et du professeur et écrivain Witold Rybczynski de l’Université de Pennsylvanie.

Annonce officielle sur le site de University of Notre Dame 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Maurice Culot chez Paolo Soleri, 1965